Natura Fabularis

La nature a le don de réunir des senteurs improbables. Du vert croquant enraciné dans la terre humide et agrippé à des pétales blancs. Des feuilles enchevêtrées aux ronces et aux baies encore acides. C'est en l'observant, en la respirant, que le parfumeur Jean Laporte a eu l'idée de créer L'Artisan Parfumeur en 1976. Une maison nourrie d'interprétations d'une nature rêvée. Une maison où la main de l'homme – celle du parfumeur – transforme ses inspirations en fragrance.

S'inscrivant dans l'héritage de la maison, la collection Natura Fabularis offre un territoire d'expression bucolique au parfumeur Daphné Bugey. De quoi laisser libre cours à son imagination.

Six promenades imaginaires.
Six associations inattendues.

LA NATURE SUBLIMÉE

Ces jardins n'existent pas. Et pourtant ils apparaissent sur la peau comme une réalité. La collection Natura Fabularis évoque un fantasme. À l'inverse de senteurs figuratives qui répliquent l'odeur des plantes telles qu'elles apparaissent dans la nature, cette ligne floute les contours des feuilles et teinte les fleurs de couleurs imaginaires. Une abstraction qui nous plonge dans un monde étrange. 

Ces six rêves olfactifs ont été imaginés par le parfumeur Daphné Bugey. À l'instar d'un jardinier qui orchestre les fleurs et les herbes folles, la créatrice joue les alchimistes et plante l'inattendu au cœur de chaque formule. Les racines les plus sombres prennent le reflet mordoré des scarabées. Les pétales frais se mêlent aux feuilles brûlées. Les épis de blé s'étirent vers des nuages lactés. Autant de tableaux où l'étrange côtoie le familier.

32 - Venenum

Un monde nouveau s'offre à nous. Serait-ce un champ de céréales ? Une forêt de santals où l'on ferait cuire du riz en buvant du chai ?

Venenum évoque des souvenirs indiens sans jamais s'y attarder. On oscille entre une senteur de pain chaud, de nuage lacté, de thé parfumé aux épices et de santal onctueux.

Peu importe où Daphné Bugey a décidé de nous embarquer. La sensation est aussi douce qu'enveloppante. Ce venin là met l'eau à la bouche.

2 - Violaceum

Il suffit parfois d'une seconde pour que la beauté d'une fleur bascule dans la pénombre. Violaceum rend hommage au caractère éphémère de la nature.

Dans la noirceur d'un bois, apparaît un tapis de violettes. Ces fleurs fragiles ne cèdent à aucune mièvrerie. À la sensation habituellement poudrée se substitue une impression de cuir. Daphné Bugey s'amuse alors à brouiller les pistes. Elle associe la violette, cousine de l'iris, à un accord de carotte au safran. La composition gagne alors en verticalité. Ce n'est plus seulement une fleur qu'on perçoit.

60 - Mirabilis

D'emblée, le contraste est saisissant. Daphné Bugey tente ici de réconcilier l'artifice et le sacré. Alors que l'encens nous relie aux premiers gestes du parfum dédié aux dieux, aux offrandes vers les cieux, les molécules de synthèse comme l'ambrox et le musc vulcanolide nous projettent vers le futur.

Sur la peau, Mirabilis apparaît aussi rationnel que mystique.

26 - Tenebrae

Il faut chercher entre les feuilles hautes pour apercevoir le soleil qui tente de percer cette forêt ténébreuse. Ici des arbres centenaires dont les racines forment des sculptures noueuses. Là, des troncs élancés vers le ciel et couverts de résines.

Tenebrae nous immerge dans un bois mystique. Une forêt chamanique où les vapeurs d'encens infusent les réserves de sève concentrée.

9 - Arcana Rosa

Épineuse. Insolente. Cette rose aime les costumes sombres et le masculin des notes épicées. Une fleur ambiguë et corsée qui puise sa force dans l'absolu de rose bulgare et n'hésite pas à la brûler sur un brasier de racines de vétiver et de cade.

Le cèdre lui offre du fusant. Le santal un peu de souplesse. Et le ciste labdanum une facette sacrée.

18 - Glacialis Terra

Pieds nus sur la terre glacée, un frisson parcourt le corps. On croirait que le vert croquant des jeunes pousses s'est transformé en glaçons. Glacialis Terra évoque un jardin de fleurs de givre. Une sensation de fraîcheur qui rappelle ces bois frais à l'abris du soleil.

Sur le chemin imaginaire du parfumeur Daphné Bugey, une vieille bouteille d'apothicaire l'inspire. À l'intérieur du flacon, de longues racines de vétiver infusent dans une liqueur d'absinthe.

Photographie: © François Coquerel